Concours d’écriture: Amélie: L’astéroïde de poussière

téléchargementSombre et noire, elle fait peur à voir. Elle est peu perceptible dans l’immensité du ciel, aucune étoile ne danse avec elle. D’énormes nuages, épais, noirs et emplis de poussières, recouvrent celle-ci comme pour menacer les personnes qui pourraient s’y aventurer. Le petit bonhomme avait atterri là, un peu par hasard, avant sa dernière destination vers les étoiles.

Ses petits pas l’avaient amené sur un unique chemin méticuleusement dessiné dans la terre avec un mélange de peinture noire épaisse, suintante sous la chaleur tropicale de l’endroit. C’était très silencieux. Avant qu’un étrange écho se fasse entendre et un grincement mécanique en mouvement survienne.

Il n’eut que peu de temps avant de percevoir un homme au costume serré chevauchant un monstre de feu, machine extrêmement bruyante. Le Petit Prince se mit à tousser. Le monstre était à l’origine d’énormes nuages. La machine bruyante s’arrêta face à lui et le gaillard sortit de celle-ci tout en toussant un nuage épais. Ce nuage s’échappa pour rejoindre les autres malicieusement.

 — « C’est rapide !

— Mais c’est bruyant…

— Regarde ses beaux nuages !

— Mais ils…

— Chut, tu vas vexer Titine ! » Dit-il tout en caressant le dessus plat et chaud de la machine qui ronronnait sous sa main. Le Petit Prince se pinça les lèvres dans une moue inquiète.

« — Vous êtes tout seul ?

— Oui. J’avais bien des amis qui me suivaient dans mon voyage, mais ils sont partis tous un par un quand nous sommes arrivés ici.

— Mais c’est dur d’être seul… »

Sous cette réflexion, l’homme au costume aussi noir que les nuages haussa les épaules et répondit :

— « On s’y habitue. Et j’ai ma belle Titine pour compagnie ! Elle brille et elle me chauffe !

— Elle te parle ?

— Non.

— Elle peut jouer avec toi ?

— Je me balade beaucoup avec.

— Ce n’est pas marrant du tout. »

L’homme regarda sa machine longuement, pris dans une réflexion silencieuse, soupirant de résignation.

« — Je n’ai qu’elle. Je m’occupe.

— Mais il fait tout noir ici. Éteins la machine et je suis sûr que ça ira mieux ! »

Le Petit Prince fixa l’homme qui souriait. Il venait donc de l’écouter. Il appuya sur un bouton rouge qui éteignit le monstre. Les nuages se volatilisèrent et une merveilleuse lumière vive éclata depuis les tréfonds de cette terre.

Cette terre sombre était une ancienne étoile éteinte. Elle était maintenant vive, belle et flamboyante, comme ses sœurs qui la rejoignirent. La vie a repris et l’homme apprit ainsi qu’il était bon d’écouter simplement un enfant.

Laisser un commentaire

Aletheia |
Meditation36 |
Menaceterroriste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de GJAMcardi
| Immigrant's diary
| Ljg07